27 Mars 2017

Le ministre Lessard doit résilier l’entente sur le projet pilote

 

Le ministre Lessard doit résilier l’entente sur le projet pilote

Montréal, le 27 mars 2017

Devant la multiplication des infractions aux règles du projet pilote commises par Uber et ses chauffeurs, le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, et le porte-parole du Parti Québécois en matière de transports, Alain Therrien, demandent au ministre des Transports, Laurent Lessard, d’appliquer la clause 5 de l’entente qu’il a lui-même signée le 9 septembre dernier avec Uber et de mettre fin immédiatement au projet pilote.

« Jusqu’à maintenant, le gouvernement libéral et le ministre Lessard ont été très complaisants envers Uber. Depuis la mi-janvier, le ministre a un rapport sur son bureau. Il pouvait agir, mais il n’a encore rien fait. Non seulement le gouvernement a contourné par décret la procédure habituelle de la Commission des transports du Québec mais, en plus, il refuse carrément d’appliquer l’entente dans son entièreté. Or, la clause 5 de l’entente signée par le ministre Lessard et Uber prévoit que "le défaut de se conformer à toutes les règles ou à l’une ou l’autre de celles-ci [aura pour conséquence que] l’entente prendra fin automatiquement et Uber devra cesser l’ensemble de ses opérations au Québec, sans autre préavis" », a cité Jean-François Lisée.

« Nous ne sommes même plus au stade où le ministre doit invoquer la clause; nous en sommes à celui où il doit constater la fin de l’entente. Il est anormal que le projet pilote soit toujours en vigueur, alors que l’entente qui encadre son fonctionnement est violée depuis des semaines », a ajouté Alain Therrien.

En effet, selon les dernières statistiques du Bureau du taxi de Montréal, en date du 10 mars dernier, pas moins de 473 chauffeurs Uber avaient été contrôlés sur le territoire de Montréal depuis le début du projet pilote, et 195 (41 %) d’entre eux ont été jugés non conformes. Plus précisément et en date du 20 mars :

 129 constats ont été remis parce que le chauffeur n’avait pas posé la vignette Uber sur son véhicule, en violation de la clause 2.6 de l’entente;

 37 chauffeurs n’avaient pas sur eux le rapport de vérification mécanique qui attestait de la conformité de leur véhicule, en violation de la clause 2.7 de l’entente;

 24 chauffeurs utilisaient une voiture de plus de 10 ans, en violation de l’article 10 du projet pilote;

 3 chauffeurs ont omis de déclarer leurs antécédents judiciaires, contrevenant à la clause 2.4 de l’entente;

 Enfin, 4 chauffeurs ont reçu un constat pour avoir entravé le travail de l’inspecteur du Bureau du taxi.

« Uber a même eu l’indécence de multiplier par quatre ses tarifs pour mieux exploiter les Québécois et les Québécoises qui composaient avec des conditions météorologiques exécrables lors de la tempête de verglas du 24 janvier dernier, ce qui est une violation flagrante de la clause 2.10 de l’entente. Le ministre Lessard doit retrouver sa colonne et faire respecter la loi, sans quoi c’est sa propre signature qui n’a plus de valeur! », a tranché le chef du Parti Québécois.