13 Février 2017

Alain Therrien dénonce la taxe «450» des libéraux

Alain Therrien dénonce la taxe «450» des libéraux


Saint-Constant, le 13 février 2017- Alain Therrien, député de Sanguinet, dénonce la hausse importante des taxes municipales qui sera imposé aux citoyens du Roussillon À cause des décisions du gouvernement libéral. Deux éléments sont à considérer pour expliquer la hausse de taxe envisagée par le député du Parti Québécois. Premièrement, il faut savoir que le gouvernement libéral a voté le projet de loi 76 qui fonde l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM). Le comité de transition de l’ARTM est présentement en négociation avec les municipalités afin de modifier la politique de financement du transport en commun du grand-Montréal. Les propositions actuelles du comité correspond ni plus ni moins à soulager Montréal d’un fardeau fiscal de 33M$ et de l’imposer aux municipalités des couronnes nord et sud. Ensuite, il y a le projet du Réseau Électrique Métropolitain (REM).

«D’emblée, je tiens à intervenir afin d’insister sur le fait que nous sommes, au Parti Québécois, en faveur d’un projet aussi important de transport en commun pour la région métropolitaine. Cependant, le modèle financier du projet est très inquiétant et imposera une charge fiscale importante sur les municipalités du grand-Montréal. Nous demandons donc au gouvernement de corriger le tir afin que le projet du REM ne devienne pas un gouffre financier sans fin, et qu’il soit plutôt un projet duquel nous serons fiers ».


Nous avons, au Parti Québécois, évalué l’impact fiscal que cela aura sur une famille type. Les hausses les plus significatives dans le Roussillon seront pour les citoyens de Châteauguay (393$/an), Sainte-Catherine (294$/an) et La Prairie (265$/an). «Le pire, c’est qu’aucune amélioration de services n’est associée à ces hausses!» s’est exclamé le député de Sanguinet.


Beaucoup de questions sont sans réponses dans le dossier du REM. On ne peut faire un chèque en blanc de 5,9 milliards sans que les Québécoises et Québécois soient bien informés de toutes les dimensions du projet. Le député de Sanguinet demande de créer une commission parlementaire pour mieux connaître tous les aspects de ce dossier crucial pour l’avenir du transport en commun de la grande région de Montréal.